C’est encore toute émoustillée par la victoire que je rédige cet article 😻 . En direct de mon RER E, j’ai dégainé mon Macbook en me disant :  
"j'ai souris bêtement toute la journée, obligé je partage ça avec la #TeamHBN : vous "

Ceux qui ont kiffé le jeu de mot de mon titre vous pouvez m'envoyer des chèques. 
Cordialement merci😌

Je ne sais pas vraiment par quoi commencer, à vrai dire c’est encore tout flou dans ma tête 🌀 . Ok on n’a pas remporté la Ligue des Champions mais bizarrement, cette victoire a un gout de trophée . Réaliser l’exploit là où personne ne nous attendait (là où tout le monde pensait qu'on allait se faire exterminer seraient les termes plus justes...) C’est l'une des choses qui me fait kiffer le sport, tout est possible 💙 


Quelques jours plus tôt, on remportait notre confrontation 3-0 face à Bordeaux , avec un match propre qui envoyait un signal plutôt fort à nos rivaux AKA Monaco en Championnat & Barcelone pour la fameuse confrontation👊

Puis on avait prit en pleine face leurs résultats respectifs soit un 5-0 pour Monaco et un 6-0 pour le FCB face à Alaves : les tarifs minimums .
Tout d’un coup notre signal était perdu . On devrait faire mieux mardi . Tenir la dragée haute face à la meilleure équipe du Monde (je vois les gros yeux des Madrilènes qui me fusillent sur la place publique 👀🔫 *pars se cacher*) 
Le tout en se passant de deux de nos principaux cadres : « Les Tiago » (Motta & Silva)

Dire que je n’ai pas flippé serait mentir . Dès que l’hymne de la LDC retenti je suis en stress et mon cœur bat à la chamade, je n’ai pas peur de la défaite mais plutôt du contenu . Car si pénible soit-il de l’écrire, on produit un jeu en dents de scie cette saison : un coup on fait preuve de bravoure, un coup on se liquéfie .
Malgré tout, j’y ai toujours cru! Comme je l’avais écris ici, le PSG c'est une histoire d'amour et j’ai foi en cette équipe (bah ouais les gars on est les meilleurs !)

Je vous épargne le résumé du match qui a déjà été repassé en boucle sur toutes les chaines de sport (si vous êtes des vrais, vous l'avez suivi aussi attentivement que moi...) et on va aller droit au but : 
ON LES A TUÉ ! 

Je ne sais pas pour vous, mais derrière mon écran, je voyais tous les joueurs avec une cape sur le dos en mode super héros . J’avais l’impression que rien ne pouvait arriver à part marquer encore plus de buts, que la forteresse du Parc des Princes était imprenable, inébranlable 🚀. 
J’y ai cru dès les premières minutes, un pressing très haut qui étouffait très clairement les Barcelonais : asphyxie totale . Sans parler du repli défensif de qualité avec une double ligne de défense à franchir , sans pour autant jouer bas ce qui aurait favorisé le jeu du FCB je pense …

Puis à la 18e, le premier but sonna le début de l'épopée fantastico-parisienne : un coup franc majestueusement tiré par Di Maria (votre pote revient de loin...)
Vous connaissez la suite, un tir croisé de Draxler , une frappe lointaine de Di Maria (again!) But qui venait clôturer une construction collective de qualité avec une relance qui partait depuis Trapp . 
Vint enfin la cerise sur le gâteau avec le pétard de Cavani dans les 68 cm laissé par Ter Stegen , mon but préféré ! Le double contact de Meunier sur Neymar a juste failli me déclencher une crise cardiaque (insolence x10000 de Thomas) et la frappe Del Matador tout autant .

Alors c’est vrai que c’est difficile de choisir un joueur, une action favorite dans le match tant il a été de qualité et d’ailleurs les débats sont ouverts, je voudrais bien savoir quel est votre but préféré😏 (pour avoir sondé un peu autour de moi, le 3e semble arriver en tête des votes..)




Du coup de mon côté, il y a des petits détails que j’ai apprécié pendant la rencontre au-delà de tout les gestes techniques et de la qualité que l'on a pu observer sur le terrain (oui oui entre deux cris de joie, je prenais des notes comme une bonne élève😎)

Les 25 premières minutes où j’ai senti Barcelone totalement à l’agonie : je pense que je n’avais pas encore vu le PSG à ce niveau depuis l’ère Qatari

L'une des défenses de Cavani : très agressive et au milieu de terrain où il a bravement tenté le tacle pour chiper la balle dans les pieds, sans rougir de son statut d'attaquant potentiellement inapte à défendre sereinement (il rejoint Meunier sur le podium de l'insolence)

Le tacle glissé de Ter Stegen : à la limite de la ligne de touche après une sortie plutôt osée . Tacle suivi d’une passe millimétrée vers son milieu de terrain (le gars a fait ça gracieusement comme une danseuse étoile, j'ai eu un bug de quelques secondes tellement c'était beau et fluide, surtout pour un gars d'1m87...) Nous pouvons d'ailleurs saluer sa prestation plus qu’honorable, je pense que sans ses arrêts d'une main (en béton armé) on en plantait encore 2 de plus…

La moyenne d’âge au coup d’envoi témoignant d’une jeunesse flamboyante et plus que prometteuse (25 ans)

Les mots d'Unai Emery au moment de l'entrée de Nkunku : confiance et point serré en délivrant les dernières consignes à son joueur, une belle image de cohésion avec le coach (que j'apprends à aimer...)

Le carton jaune de Rabiot dès la 4e : j'ai trouvé ça juste ouf que le gars redouble d'intensité et d’agressivité dans ses duels malgré la sanction (12 ballons interceptés soit le meilleur total)

La première de Kimpembe en LDC : un régal ! Je l'avais un peu chambré sur Snapchat suite à son selfie en costard en disant que "se selfiser c'était bien mais qu'il fallait prouver sur le terrain". Le gars m'a fait fermer ma grande bouche . Au revoir Gomar (et Messi) et à la prochaine !

Les 94 minutes de match 😂



Allez les gars, on ne s'enflamme pas
 la suite de cet épisode le 8 Mars !
En attendant on kiffe la Life et on soule tout le monde avec notre victoire ICI C'EST PARIS


Le Barca est DCD (Di Maria.Cavani.Draxler)

mercredi 15 février 2017



C’est encore toute émoustillée par la victoire que je rédige cet article 😻 . En direct de mon RER E, j’ai dégainé mon Macbook en me disant :  
"j'ai souris bêtement toute la journée, obligé je partage ça avec la #TeamHBN : vous "

Ceux qui ont kiffé le jeu de mot de mon titre vous pouvez m'envoyer des chèques. 
Cordialement merci😌

Je ne sais pas vraiment par quoi commencer, à vrai dire c’est encore tout flou dans ma tête 🌀 . Ok on n’a pas remporté la Ligue des Champions mais bizarrement, cette victoire a un gout de trophée . Réaliser l’exploit là où personne ne nous attendait (là où tout le monde pensait qu'on allait se faire exterminer seraient les termes plus justes...) C’est l'une des choses qui me fait kiffer le sport, tout est possible 💙 


Quelques jours plus tôt, on remportait notre confrontation 3-0 face à Bordeaux , avec un match propre qui envoyait un signal plutôt fort à nos rivaux AKA Monaco en Championnat & Barcelone pour la fameuse confrontation👊

Puis on avait prit en pleine face leurs résultats respectifs soit un 5-0 pour Monaco et un 6-0 pour le FCB face à Alaves : les tarifs minimums .
Tout d’un coup notre signal était perdu . On devrait faire mieux mardi . Tenir la dragée haute face à la meilleure équipe du Monde (je vois les gros yeux des Madrilènes qui me fusillent sur la place publique 👀🔫 *pars se cacher*) 
Le tout en se passant de deux de nos principaux cadres : « Les Tiago » (Motta & Silva)

Dire que je n’ai pas flippé serait mentir . Dès que l’hymne de la LDC retenti je suis en stress et mon cœur bat à la chamade, je n’ai pas peur de la défaite mais plutôt du contenu . Car si pénible soit-il de l’écrire, on produit un jeu en dents de scie cette saison : un coup on fait preuve de bravoure, un coup on se liquéfie .
Malgré tout, j’y ai toujours cru! Comme je l’avais écris ici, le PSG c'est une histoire d'amour et j’ai foi en cette équipe (bah ouais les gars on est les meilleurs !)

Je vous épargne le résumé du match qui a déjà été repassé en boucle sur toutes les chaines de sport (si vous êtes des vrais, vous l'avez suivi aussi attentivement que moi...) et on va aller droit au but : 
ON LES A TUÉ ! 

Je ne sais pas pour vous, mais derrière mon écran, je voyais tous les joueurs avec une cape sur le dos en mode super héros . J’avais l’impression que rien ne pouvait arriver à part marquer encore plus de buts, que la forteresse du Parc des Princes était imprenable, inébranlable 🚀. 
J’y ai cru dès les premières minutes, un pressing très haut qui étouffait très clairement les Barcelonais : asphyxie totale . Sans parler du repli défensif de qualité avec une double ligne de défense à franchir , sans pour autant jouer bas ce qui aurait favorisé le jeu du FCB je pense …

Puis à la 18e, le premier but sonna le début de l'épopée fantastico-parisienne : un coup franc majestueusement tiré par Di Maria (votre pote revient de loin...)
Vous connaissez la suite, un tir croisé de Draxler , une frappe lointaine de Di Maria (again!) But qui venait clôturer une construction collective de qualité avec une relance qui partait depuis Trapp . 
Vint enfin la cerise sur le gâteau avec le pétard de Cavani dans les 68 cm laissé par Ter Stegen , mon but préféré ! Le double contact de Meunier sur Neymar a juste failli me déclencher une crise cardiaque (insolence x10000 de Thomas) et la frappe Del Matador tout autant .

Alors c’est vrai que c’est difficile de choisir un joueur, une action favorite dans le match tant il a été de qualité et d’ailleurs les débats sont ouverts, je voudrais bien savoir quel est votre but préféré😏 (pour avoir sondé un peu autour de moi, le 3e semble arriver en tête des votes..)




Du coup de mon côté, il y a des petits détails que j’ai apprécié pendant la rencontre au-delà de tout les gestes techniques et de la qualité que l'on a pu observer sur le terrain (oui oui entre deux cris de joie, je prenais des notes comme une bonne élève😎)

Les 25 premières minutes où j’ai senti Barcelone totalement à l’agonie : je pense que je n’avais pas encore vu le PSG à ce niveau depuis l’ère Qatari

L'une des défenses de Cavani : très agressive et au milieu de terrain où il a bravement tenté le tacle pour chiper la balle dans les pieds, sans rougir de son statut d'attaquant potentiellement inapte à défendre sereinement (il rejoint Meunier sur le podium de l'insolence)

Le tacle glissé de Ter Stegen : à la limite de la ligne de touche après une sortie plutôt osée . Tacle suivi d’une passe millimétrée vers son milieu de terrain (le gars a fait ça gracieusement comme une danseuse étoile, j'ai eu un bug de quelques secondes tellement c'était beau et fluide, surtout pour un gars d'1m87...) Nous pouvons d'ailleurs saluer sa prestation plus qu’honorable, je pense que sans ses arrêts d'une main (en béton armé) on en plantait encore 2 de plus…

La moyenne d’âge au coup d’envoi témoignant d’une jeunesse flamboyante et plus que prometteuse (25 ans)

Les mots d'Unai Emery au moment de l'entrée de Nkunku : confiance et point serré en délivrant les dernières consignes à son joueur, une belle image de cohésion avec le coach (que j'apprends à aimer...)

Le carton jaune de Rabiot dès la 4e : j'ai trouvé ça juste ouf que le gars redouble d'intensité et d’agressivité dans ses duels malgré la sanction (12 ballons interceptés soit le meilleur total)

La première de Kimpembe en LDC : un régal ! Je l'avais un peu chambré sur Snapchat suite à son selfie en costard en disant que "se selfiser c'était bien mais qu'il fallait prouver sur le terrain". Le gars m'a fait fermer ma grande bouche . Au revoir Gomar (et Messi) et à la prochaine !

Les 94 minutes de match 😂



Allez les gars, on ne s'enflamme pas
 la suite de cet épisode le 8 Mars !
En attendant on kiffe la Life et on soule tout le monde avec notre victoire ICI C'EST PARIS






Voilà des jours que j'ai cette boule au bas du ventre .
Je le sens, j'ai besoin de t'écrire .
Même si tu ne fais qu'entrevoir certains de mes mots à travers tes paupières éternellement closes, j'en ai besoin .

Je me sens comme une bombe qui peux exploser à tout moment .
D'un côté il y a cette douleur que je peine à caractériser.
Ce mal être qui me ronge : il est lié à la nostalgie et à la mélancolie de ton absence .
Car tu es toujours le point central de ma souffrance, je te vois, je te sens partout mais paradoxalement tu me restes inaccessible, intouchable, comme une ombre qui plane.

Dois-je m'en vouloir de quotidiennement raviver la flamme des souvenirs parce que tu me manque trop ?
Dois-je avoir honte de t'écrire aux yeux du monde quand je sais que tu seras certainement la dernière à me lire ?
Devrais-je cesser de ressasser mes remords et mes regrets car ils ne te feront pas revenir ?

On a parfois honte, parfois peur de mentionner à quel point tu nous manque .

Je sais que dans mon cas, je pourrais parler de toi pendant des heures ,  je ne suis jamais lassée de toi, de tes prouesses , de ton humour, de ton sourire, de ta joie de vivre qui masquait tant de tristesse .

Si seulement j'avais pu lire entre les lignes, peut-être que j'aurais pu t'empêcher de t'éteindre loin de moi ?

Je me rappelle toutes les fois où ma grande sœur me rappelait à l'ordre en me disant "Margot, une mère on en a qu'une"
Je la regardais du coin de l’œil, sûrement à la limite de l'arrogance en pensant "je le sais bien"

Bien sur, ce n'est que depuis le 20 juillet 2014 que cette morale a prit tout son sens .
Tu ne répondais plus au téléphone depuis quelques jours, une habitude que tu avais quand tu ne voulais pas parler .
Je m'en souviens comme si c'était hier et tu sais pourquoi ?
Car à mon réveil, tout semblait normal .

C'était un dimanche . Dans le cadre de mon stage de 3 mois à Cork en Irlande, je bossais pour EazyCork , une entreprise qui proposait des hébergements, des placements au-pair, des cours d'anglais etc .

C'était un de ces jours super pénible où je travaillais en coupure . Il faisait beau et chaud . Les Irlandais disaient d'ailleurs que cet été était le plus beau qu'ils avaient connu depuis 10 ans ! J'avais ramené le soleil ici .
Mais par sur toi .

J'avais accueillit tous mes clients à l'aéroport, je les avais installé confortablement dans leurs nouveaux domiciles . Pour beaucoup, c'était le début d'une nouvelle vie, pleine de perspectives et de rêves .
Pourtant ce fût le début de mon cauchemar .

(Une chanson de Patrick Bruel vient de s'incruster dans la playlist aléatoire de mon iTunes et je souris : je sais à quel point tu le déteste . Quand tu l'écoutais ça te rappelais toujours de mauvais souvenirs et ça te mettait même les larmes aux yeux . Quand je dis que tu es partout... ) 

 Bref, les détails ne sont pas importants pour les autres, ils nous appartiennent .
Je me revois juste dans ce parc avec Loïc pour décompresser : on écoute du son, on est posé comme d'habitude, on rigole . Il essaye de parler anglais avec son accent si particulier et raconte les péripéties de sa journée . Il lui arrivait toujours des choses incroyables et moi, je suis dans un fou rire .
Puis soudain, je tape des points dans l'herbe, je me roule en boule. En criant "Maman" avec le peu de voix qui parvient à sortir de ma gorge desséchée par le bris de mon cœur .
Car on vient de m'appeler pour me prévenir : tu n'es plus là .
Et comme le disait la morale plus haut, personne ne viendra te remplacer , personne ne le peut .

Tu promettais de rester à mes côtés, que je serais toujours ta fille, que t'éloigner de moi était impossible . J'avais fini par te croire .
Croire que tu serais éternelle .
Croire que tu ne m'abandonnerais pas .
Croire que tu ne pourrais jamais me retirer tes câlins et tes bisous .

Et je suis là. T'attendant inlassablement . Tu vas revenir . Tu ne m'aurais jamais fais ça .
Mais ça fait plus de 2 ans que je n'ai pas entendu le son de ta voix . Que tu me laisse . Que tu me blesse .

Mes mots étaient peut-être trop durs, trop maladroits .

Alors, aujourd'hui injustement je t'en veux, oui je t'en veux !
Et si tu étais devant moi, je te le ferais surement savoir, avec cette voix que j'utilisais quand j'avais mal ou que j'étais mécontente . Tu sais celle qui te faisais me dire "baisse d'un ton ! "
Ça aussi ça me manque, que tu me retrousses les bretelles .

J'échangerais tout ce que j'ai dans ce bas monde pour une minute dans tes bras, une minute de rire avec toi . Viens on parle tout et de rien comme avant .
Viens on chante "J'ai encore rêvé d'elle" à tue-tête en dérangeant les voisins avec nos grosses voix .
Viens on invente un monde où tu ne me quittes pas, car je le sens quotidiennement : je ne peux pas vivre sans toi .

Assurément je sais que tu es heureuse et en paix . Gambadant dans ton champ de Tournesols ou peut-être de Coquelicots ? Tu n'arrivais jamais à choisir, tu prenais toujours les deux .
Tu avais la capacité de rendre n'importe quel endroit vivant par ta simple présence alors je sais que tu rayonnes  💕.

Une vie juste pour toi et moi
Et demain matin, tu seras là... 





J'ai encore rêvé d'elle ...

dimanche 5 février 2017





Voilà des jours que j'ai cette boule au bas du ventre .
Je le sens, j'ai besoin de t'écrire .
Même si tu ne fais qu'entrevoir certains de mes mots à travers tes paupières éternellement closes, j'en ai besoin .

Je me sens comme une bombe qui peux exploser à tout moment .
D'un côté il y a cette douleur que je peine à caractériser.
Ce mal être qui me ronge : il est lié à la nostalgie et à la mélancolie de ton absence .
Car tu es toujours le point central de ma souffrance, je te vois, je te sens partout mais paradoxalement tu me restes inaccessible, intouchable, comme une ombre qui plane.

Dois-je m'en vouloir de quotidiennement raviver la flamme des souvenirs parce que tu me manque trop ?
Dois-je avoir honte de t'écrire aux yeux du monde quand je sais que tu seras certainement la dernière à me lire ?
Devrais-je cesser de ressasser mes remords et mes regrets car ils ne te feront pas revenir ?

On a parfois honte, parfois peur de mentionner à quel point tu nous manque .

Je sais que dans mon cas, je pourrais parler de toi pendant des heures ,  je ne suis jamais lassée de toi, de tes prouesses , de ton humour, de ton sourire, de ta joie de vivre qui masquait tant de tristesse .

Si seulement j'avais pu lire entre les lignes, peut-être que j'aurais pu t'empêcher de t'éteindre loin de moi ?

Je me rappelle toutes les fois où ma grande sœur me rappelait à l'ordre en me disant "Margot, une mère on en a qu'une"
Je la regardais du coin de l’œil, sûrement à la limite de l'arrogance en pensant "je le sais bien"

Bien sur, ce n'est que depuis le 20 juillet 2014 que cette morale a prit tout son sens .
Tu ne répondais plus au téléphone depuis quelques jours, une habitude que tu avais quand tu ne voulais pas parler .
Je m'en souviens comme si c'était hier et tu sais pourquoi ?
Car à mon réveil, tout semblait normal .

C'était un dimanche . Dans le cadre de mon stage de 3 mois à Cork en Irlande, je bossais pour EazyCork , une entreprise qui proposait des hébergements, des placements au-pair, des cours d'anglais etc .

C'était un de ces jours super pénible où je travaillais en coupure . Il faisait beau et chaud . Les Irlandais disaient d'ailleurs que cet été était le plus beau qu'ils avaient connu depuis 10 ans ! J'avais ramené le soleil ici .
Mais par sur toi .

J'avais accueillit tous mes clients à l'aéroport, je les avais installé confortablement dans leurs nouveaux domiciles . Pour beaucoup, c'était le début d'une nouvelle vie, pleine de perspectives et de rêves .
Pourtant ce fût le début de mon cauchemar .

(Une chanson de Patrick Bruel vient de s'incruster dans la playlist aléatoire de mon iTunes et je souris : je sais à quel point tu le déteste . Quand tu l'écoutais ça te rappelais toujours de mauvais souvenirs et ça te mettait même les larmes aux yeux . Quand je dis que tu es partout... ) 

 Bref, les détails ne sont pas importants pour les autres, ils nous appartiennent .
Je me revois juste dans ce parc avec Loïc pour décompresser : on écoute du son, on est posé comme d'habitude, on rigole . Il essaye de parler anglais avec son accent si particulier et raconte les péripéties de sa journée . Il lui arrivait toujours des choses incroyables et moi, je suis dans un fou rire .
Puis soudain, je tape des points dans l'herbe, je me roule en boule. En criant "Maman" avec le peu de voix qui parvient à sortir de ma gorge desséchée par le bris de mon cœur .
Car on vient de m'appeler pour me prévenir : tu n'es plus là .
Et comme le disait la morale plus haut, personne ne viendra te remplacer , personne ne le peut .

Tu promettais de rester à mes côtés, que je serais toujours ta fille, que t'éloigner de moi était impossible . J'avais fini par te croire .
Croire que tu serais éternelle .
Croire que tu ne m'abandonnerais pas .
Croire que tu ne pourrais jamais me retirer tes câlins et tes bisous .

Et je suis là. T'attendant inlassablement . Tu vas revenir . Tu ne m'aurais jamais fais ça .
Mais ça fait plus de 2 ans que je n'ai pas entendu le son de ta voix . Que tu me laisse . Que tu me blesse .

Mes mots étaient peut-être trop durs, trop maladroits .

Alors, aujourd'hui injustement je t'en veux, oui je t'en veux !
Et si tu étais devant moi, je te le ferais surement savoir, avec cette voix que j'utilisais quand j'avais mal ou que j'étais mécontente . Tu sais celle qui te faisais me dire "baisse d'un ton ! "
Ça aussi ça me manque, que tu me retrousses les bretelles .

J'échangerais tout ce que j'ai dans ce bas monde pour une minute dans tes bras, une minute de rire avec toi . Viens on parle tout et de rien comme avant .
Viens on chante "J'ai encore rêvé d'elle" à tue-tête en dérangeant les voisins avec nos grosses voix .
Viens on invente un monde où tu ne me quittes pas, car je le sens quotidiennement : je ne peux pas vivre sans toi .

Assurément je sais que tu es heureuse et en paix . Gambadant dans ton champ de Tournesols ou peut-être de Coquelicots ? Tu n'arrivais jamais à choisir, tu prenais toujours les deux .
Tu avais la capacité de rendre n'importe quel endroit vivant par ta simple présence alors je sais que tu rayonnes  💕.

Une vie juste pour toi et moi
Et demain matin, tu seras là... 





ON SE RÉGALE SUR INSTAGRAM !

© HBNWORLDWIDE - Blog Lifestyle & Football - Paris. Design by Fearne.